Faire la ville autrement. Urbanisme tactique et participation citoyenne

Les villes américaines ont été pionnières dans ce type d’actions innovantes et collectives, car traditionnellement, l’état américain et les collectivités investissent moins pour mettre en valeur l’espace public qu’en Europe. Ceci explique pourquoi les citoyens nord-américains ont cette habitude de faire les choses par eux-mêmes (le modèle DIY pour « Do It Yourself »). Les appels à projets « privés » se multiplient : à San Francisco, au Québec avec « le village éphémère », avec le « Space Buster » expérimenté à New York ; etc. l’Europe n’est pas en reste, les exemples fleurissent à Barcelone ou à Lisbonne avec le BIP ZIP.
Des exemples existent aussi dans le Grand Ouest : à Rennes, un chantier ouvert « Place de Prague » dans le quartier du Blosne, animé par le Collectif Etc., à la Courrouze, les cartoucheries investies par le bureau Cosmique ; à Nantes, la cellule événementielle du Service des Espaces Verts et Environnements (SEVE ) anime la ville.
Comme la plupart des métropoles françaises et européennes, Rennes doit relever le défi de la conception de la ville. Conjuguer talents et créativité, histoire et innovation, proximité et rayonnement suppose de faire évoluer les pratiques. La ville doit devenir un laboratoire d’expérimentation innovant pour pouvoir sortir du carcan des cahiers des charges et des procédures d’aménagement.

Juillet 2014 - 16 pages