Les mobilités dans l’agglomération et « l’aire urbaine » de Rennes. Enquête ménages déplacements

Observatoire des déplacements

Qui, quand, où, comment et pourquoi se déplacent les habitants de l’agglomération et plus largement de l’ensemble de l’aire urbaine rennaise? Au-delà des principaux chiffres issus de l’enquête ménage, cette note insiste sur les 5 messages suivants :

  • La mobilité poursuit sa croissance dans l’agglomération rennaise contrairement à la tendance récente à la baisse observée dans les agglomérations de Lille et de Lyon. Toutefois, cette croissance de la mobilité est nettement plus marquée à l’extérieur de Rennes qu’à Rennes. Par ailleurs, les habitants de l’agglomération se déplacent plus que ceux du reste de l’aire urbaine.
  • Bien que les motifs se diversifient, la travail reste un motif de déplacements important. Il n’y a pas de différence significative sur ce sujet entre les résidents de l’agglomération et le reste de l’aire urbaine (0,6 déplacements par habitant et par jour).
  • Le transport public a fortement progressé mais la voiture reste largement dominante dans l’agglomération. Elle représente 54 % des déplacements et 75 % des distances parcourues. Le transport public représente 13 % des déplacements et près de 17 % des distances parcourues.
  • 40 % des déplacements des résidents de l’agglomération font moins d’un kilomètre. Si les modes doux sont largement utilisés pour les déplacements de courte distance, la part de la voiture est de 28 % pour ces déplacements de moins d’un kilomètre.

Toutefois, l’attitude vis à vis de la voiture est en train de changer. Disposer d’une voiture ne signifie pas l’utiliser pour tous ses trajets ou pour la totalité de son déplacement. 17% des actifs rennais disposent d’une voiture mais ne l’utilisent pas pour se rendre sur leur lieu de travail. Par ailleurs, l’usage combiné de la voiture et du métro ou du train concerne environ 4 500 à 5 000 conducteurs chaque jour à l’échelle de l’aire urbaine. Le chiffre est faible mais illustre probablement un usage plus distancié de la voiture notamment pour accéder au centre de Rennes. Cela ouvre des voies de diversification des offres de mobilités.

Septembre 2009 - 16 pages